Muséum de Grenoble

Autres

Charles Darwin et la flore des îles Galapagos

 

 Afin de célébrer le centième anniversaire de la publication de l’œuvre majeure de Charles Darwin, L’origine des espèces par le moyen de la sélection naturelle, ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie(On the Origin of Species by Means of Natural Selection, or the Preservation of Favoured Races in the Strugglefor Life, John Murray, Londres, 24 novembre 1859. Cette première édition fut épuisée le jour même.),l’Association des Amis du Muséum d’Histoire Naturelle de Grenoble a organisé, à la maison des Associations, 6 Rue Berthe de Boissieu, un cycle de quatre conférences sur la théorie de l’évolution aux cours du derniertrimestre de 2009 et du premier trimestre de 2010, à savoir :

 

* Mercredi 2 décembre 2009, Joël Lunardi, L’évolution, une théorie scientifique

 

* Mercredi 16 décembre 2009, Jean-Jacques Millet, Homo neanderthalis, un exemple darwinien de l’extinction des espèces 

* Mercredi 13 janvier 2010,  Simon du Chaffaut, Les grandes étapes de l’évolution des êtres vivants et les  différentes théories de l’origine du vivant

* Mercredi 10 mars 2010,  Marcel Tappaz, Evolution du cerveau de l’homme : de la nature à la culture

* La conférence de Philippe Grenier, Les îles Galapagos, de Darwin à aujourd’hui, initialement programmée le mercredi 16 décembre 2009, est reportée au mois de février 2011.

 Les trois premières conférences ont rencontré un grand succès, avec, chaque fois, plus de 80 personnes, que nous remercions évidemment très chaleureusement:  Lire la suite ici

Les ammonites se seraient nourries de plancton

Une équipe franco-américaine de chercheurs, coordonnée par Isabelle Kruta, du Centre de Recherche sur la paléobiodiversité et paléoenvironnements (MNHN/CNRS/UPMC), a réalisé au synchrotron ESRF1 des scans d'une qualité exceptionnelle de fossiles de Baculites, ammonites « déroulées » disparues à la fin du Crétacé, il y a 65,5 millions d'années. Ces recherches ont permis de découvrir que l'un des plus grands groupes d'ammonites (auquel appartiennent les Baculites) avait des mâchoires et une radula (sorte de langue couverte de dents) adaptées pour manger de petites proies présentes dans la colonne d'eau, comme le plancton. Cette découverte, qui a permis aux scientifiques d'élucider la place des ammonites dans la chaîne alimentaire, pourrait également apporter un nouvel éclairage sur la raison de leur disparition. Les résultats sont publiés le 7 janvier 2011 dans la revue Science.

Lire la suite